Vous êtes ici : Accueil FAQ

FAQ

Que signifie le “Point Vert” sur un emballage ?

Le point vert signifie que l’entreprise qui fabrique cet emballage participe financièrement à la collecte sélective des emballages.
Le point vert est présent sur 95% des emballages. Mais attention, un emballage portant le point vert n’est pas forcément recyclé. Avant de jeter en emballage dans un bac sélectif, il convient de s’assurer qu’il figure bien dans le guide de tri.

Que font les entreprises pour réduire les emballages ?

L’éco-conception est une méthode de production qui tient compte de l’impact qu’un emballage peut avoir sur l’environnement tout au long de sa vie :

  • Sera-t-il écologique à produire ?
  • Utilise-t-on le moins de matière possible ?
  • Sera-t-il facile à trier ?
  • A recycler ?

Telles sont désormais les questions que se posent les distributeurs et conditionneurs «éco-concepteurs » avant d’emballer leurs produits… Certains producteurs miniaturisent le produit, le concentrent, le rendent plus compact ou recourent à la déshydratation : autant de méthodes qui allègent ou réduisent les quantités d’emballages à trier dans les foyers…
Les résultats sont là !

Depuis 1994, les emballages ont perdu du poids :

  • 23 % pour la bouteille d’eau 1,5 l en plastique
  • 17 % pour la bouteille d’huile de 75 cl en verre
  • 11% pour la canette 33 cl en acier

Faut-il enlever les bouchons des bouteilles et flacons en plastique ?

Il est préférable de trier les bouteilles et flacons en plastique avec leurs bouchons : c’est plus simple, plus propre (dans le cas où il reste du liquide dans ces emballages) et c'est recyclé !

Faut-il laver les emballages avant de les jeter ?

Non. Il suffit de bien les vider.
Trier ne signifie pas nettoyer mais simplement débarrasser au maximum les emballages de leur contenu. Ils ne doivent pas salir les autres emballages.
Il suffit de bien vider ces emballages pour pouvoir les recycler. Il est inutile de les rincer et de les laver. Cette manipulation consomme de l’eau... qu’il faut ensuite traiter.

Peut-on mettre les emballages à recycler dans des sacs en plastique ?

Non. Les employés du centre de tri n’ont pas toujours le temps d’ouvrir les sacs et de les vider, et ils ne ils ne peuvent pas savoir si le sac ne contient que des emballages. Les emballages "enfermés" ne seront donc pas recyclés…

Peut-on jeter des ampoules ou des plats en verre dans le bac à verre ?

Non. Seuls les emballages en verre (bouteilles, pots et bocaux) peuvent être jetés dans les bacs à verre.

En effet, la vaisselle en verre a une composition chimique différente du verre d’emballage rendant impossible son intégration au calcin utilisé dans les fours verriers. Il en est de même pour les ampoules à incandescence qui sont composées de plusieurs matériaux.

Pourquoi ne faut-il pas mélanger le verre aux autres emballages à recycler ?

Pour des raisons de sécurité et pour ne pas nuire au recyclage des autres matériaux.
Les agents en charge de la collecte et du tri peuvent se blesser en manipulant du verre cassé.
Collecté avec les autres emballages, le verre subit de nombreuses manipulations et casse. Les petits bouts de verre s’incrustent dans les autres matériaux (papier-carton, plastique) et les rendent impropres au recyclage, tout comme le verre lui-même.

Pour trier le verre, des points d’apport volontaire sont mis en place par vos syndicats de collecte dans votre commune.

Ne vaut-il pas mieux consigner les bouteilles plutôt que de les recycler ?

Non. La consigne suppose le transport de bouteilles vides, leur lavage, et le traitement des eaux de lavage. Tout ceci génère un surcoût de traitement. De plus, pour supporter plusieurs utilisations, les bouteilles devraient être plus épaisses, donc plus lourdes, entraînant à nouveau un surcoût sur le transport et la matière première.

Le recyclage est donc la voie la plus économique.

Pourquoi tous les emballages en plastique ne sont-ils pas recyclés ?

Pour des raisons économiques et écologiques.

Certains emballages sont trop légers et ne contiennent pas suffisamment de matière première pour rendre leur recyclage économiquement viable (ex. pots de crème fraîche, pots de yaourt, sacs de caisse, film de suremballage...)
Aujourd’hui, la meilleure façon de valoriser ces emballages est de les jeter dans la poubelle traditionnelle pour en récupérer l’énergie calorifique au moment de l’incinération.

Seuls les bouteilles et flacons se recyclent, même ceux qui ont contenu des produits d’hygiène et de beauté.

Si quelqu’un se trompe concernant le bac de collecte sélective, que se passe-t-il ?

Le contenu du bac risque de polluer tout le contenu de la benne collecte sélective. Quand des ordures ménagères sont détectées dans le contenant des emballages à recycler, il est décidé de ne pas le collecter. Il risque de polluer le contenu de la benne des déchets à recycler. En effet, ce contenant sera ramassé avec les ordures ménagères classiques. Et tout ceci partira en décharge ou à l’incinération, ce qui représente une perte pour le recyclage et un coût pour la collectivité.

Quel traitement subissent les emballages à recycler ?

Les emballages (à l’exception du verre qui est acheminé directement vers une filière spécifique) sont apportés dans le centre de tri où des machines et des trieurs professionnels les séparent plus finement, matériau par matériau.

Une fois triés, tous les matériaux (acier, aluminium, briques alimentaires, cartons d’emballages et deux types de plastiques : PET et PEHD) sont conditionnés sous forme de balles et transportés jusqu’aux industriels recycleurs.

Chaque matériau est ensuite recyclé selon deux grands types de process :

  • soit par fusion (verre, métaux) : les matériaux sont lavés, broyés et fondus et entrent dans la fabrication de nouveaux objets.
  • soit par traitement mécanique et chimique (papier, plastique). Le papier est désencré et le plastique régénéré (lavage, broyage, voire production de paillettes et granules), afin de fournir une nouvelle matière première.